Le traitement des remontées capillaires

Traitement des remontées capillaires Haute-Performance, GARANTI 15 ANS!

Visionnez notre vidéo pour découvrir le SEUL traitement réellement efficace (source externe : fédération française du bâtiment, article ici)

Le traitement en 4 étapes

Nous perçons vos murs, tous les 10 à 15cm, en linéaire ou en quinconce, selon le degré d’humidité.
Nous posons ensuite des injecteurs, réutilisables, ils sont munis d’un clapet anti-retour permettant d’injecter le produit sous pression et de le diffuser dans le support.
Nous aspirons les poussières dégagées par les perçages.
Pour finir, nous injectons le nano-gel SECOMUR.

Dans les 8 à 12 mois suivant le traitement, notre technicien se présente à votre domicile pour vérifier que le traitement est bien efficace, nous vous en apportons la preuve à l’aide de nos outils à imagerie numérique.

Les remontées capillaires, c’est quoi ?

Le phénomène de remontées capillaires provient de l’humidité du sol qui remonte dans les murs enterrés jusqu’à environ 1 m 50 de hauteur, malgré le phénomène de pesanteur.

Comme le café dans un sucre, l’humidité peut ainsi monter jusqu’à l’étage d’une habitation.

Les remontées capillaires touchent les murs :

  • en contact avec l’eau (fondations) ;
  • très poreux (non imperméables) ;
  • capillaires (dotés de réseaux capillaires qui permettent à l’eau de remonter) : plus le réseau est fin, plus l’eau remonte haut.

Les remontées capillaires rendent les murs humides, particulièrement dans leur partie basse :

  • À l’intérieur :
    • apparition de salpêtre ;
    • petits champignons ;
    • papier peint qui se décolle en bas ;
    • revêtement de sol qui pourrit (moquette) ;
    • dégradation des plâtres et enduits qui s’effritent.
  • À l’extérieur :
    • crépi dégradé ;
    • auréoles ;
    • cloques…

L’apparition de ses signes doit vous alerter.

Les remontées capillaires, diagnostic

Beaucoup de professionnels vous diront qu’il est difficile de diagnostiquer une différence entre remontées capillaires, et infiltrations latérales.  Il suffit juste d’être équipé des bons outils de détection. Nos techniciens sont équipés de détecteur à imagerie numérique. Si lors de la détection, le taux d’humidité est très haut au niveau du sol, et diminue en remontant, cela ne veut pas dire qu’ils s’agissent nécessairement de remontées capillaires. Il existe un moyen simple pour ne pas se tromper : prendre des mesures sur les deux faces du mur. Si le mur intérieur est sec, il ne s’agit pas de remontées capillaires mais d’infiltrations latérales. Attention tout de même à vérifier que l’humidité, si elle est intérieure, n’est pas causée par la fuite d’une canalisation !